1 mois après l’annonce du confinement, toutes les barrières sont fermées dans ma rue.

Tout semble s’être figé excepté la nature qui petit à petit reprend ses droits devant les propriétés.

La Terre continue de tourner, le bruit des voitures est lointain, on peut entendre les aboiements des chiens et les oiseaux chanter.

On pourrait croire que plus personne ne vit ici.